Category Archives: Patrimoine

  • 0

  • 0

  • 0

Croix sur la tombe du secrétaire municipal J.B. Meyer

Category : Patrimoine

Croix J.B. Meyer

Croix J.B. Meyer

Cette croix tombale, sculptée dans du grès rose et d’une hauteur de 1,40 mètre date de 1819. Elle se trouve à l’entrée sud du cimetière. Les extrémités du montant supérieur et des bras sont droits. Au sommet, en bas-relief, figure une plume d’oie et un canif, croisés au-dessus d’un encrier. Aux bouts de la traverse, deux médaillons ont été évidés. Les sculptures qu’ils contenaient ont été grattées. Sur l’intersection et débordant très largement, un énorme cœur au bord mouluré en boudin est représenté. Il est surmonté des trois clous de la croix. Sur le montant est taillé un candélabre reposant sur un crâne maladroitement sculpté. Le montant s’élargit en congé à quelques centimètres du sol. Sur cette partie élargie est sculpté un os.

Inscription s’étalant sur l’ensemble de la surface du cœur :

« Ici est enterré Jean Baptiste MEYER, ancien greffier municipal et maître d’école du village depuis 1775 jusqu’à ce jour. Le 23 février 1819, à 6 heures du matin il rendit son âme à Dieu. Amen »

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix sur la tombe de Barbe Klein

Category : Patrimoine

Croix sur la tombe de Barbe Klein 1

Croix sur la tombe de Barbe Klein

Cette croix d’une hauteur de 1,30 mètre et datant de 1711, se trouve près de l’entrée sud du cimetière. Elle est sculptée dans du grès jaune. Les extrémités du montant supérieur et des bras sont taillées de manière identique : au centre d’un trilobe ourlé, aux contours baroques, est sculptée une fleur à cinq pétales. A l’intersection et débordant largement celle-ci, un médaillon ovale rappelle la forme d’un cœur. Il est encadré en partie par un décor de feuilles, en partie par un chapelet de perles. Le montant supérieur est orné d’une tulipe, le montant inférieur d’un motif végétal et d’une petite croix de malte. La base s’élargit en quart de rond concave et est implantée sur une tablette horizontale polygonale. La croix est encore en bon état grâce aux soins des sœurs enseignantes.

 

 

Croix sur la tombe de Barbe Klein

Croix sur la tombe de Barbe Klein

Inscription sur le médaillon : « Le ….. Mars mourut l’honorable Barbe KLEININ, épouse du Maire d’Albé. Que Dieu ait pitié de son âme. Amen. »

L’inscription avec ses nombreuses fautes ainsi que la répartition maladroite du texte sur la surface du médaillon laissent supposer que l’auteur de cette croix était un artisan sculpteur local et non professionnel comme le travail artistique de l’ensemble pourrait d’abord le laisser croire. Nous remarquons que la terminaison en « IN » du nom propre « KLEIN » souvent utilisée encore à cette époque pour marquer le féminin. Bien entendu, il n’y avait pas au début du XVIII ème siècle un Maire élu. Dame Barbe KLEIN était l’épouse du Maire nommé par la Maison Choiseul-Meuse, seigneur du lieu.

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix Von Der Scheer – Ulrich, dite « KAPALLFALDKRITZ »

Category : Patrimoine

Croix Von Der Scheer – Ulrich, dite « KAPALLFALDKRITZ »

Croix Von Der Scheer – Ulrich, dite « KAPALLFALDKRITZ »

Cette croix est située sur le bord ouest du chemin rural qui dessert le lieudit du Kapellenfeld (Champ de la Chapelle) à 150 mètres au sud de l’église. Elle date de 1804. C’est une grande croix en grès rose entourée d’un grillage de protection en fer. Les extrémités de la traverse et du montant supérieur sont droits. Le titulus, en forme de bandeau ondulé, est cloué au sommet et porte l’inscription « INRI » La tête du Christ est inclinée du côté droit, les bras sont en V, le périzonium au gros nœud est flottant, les pieds sont cloués l’un sur l’autre sur le montant même qui s’élargit légèrement en congé vers la base. Un crâne et des ossements reposent sur la tablette supérieure du fût, sur lequel s’élève le crucifix. Le fût, de section quadrangulaire, s’épaissit doucement vers le sol. Sous le tailloir débordant et mouluré est représentée une fleur stylisée dans un cadre rectangulaire chevauchant une fine moulure contournant le fût. En dessous est sculpté un médaillon ovale sur un décor baroque en relief, entouré d’une guirlande. La forme du fût est soulignée par une rainure disparaissant sous la guirlande et dont les coins inférieurs sont échancrés en carré. La base forme un prisme rectangulaire qui présente vers l’avant un cartouche dont les coins imitent une fixation de clous à tête carrée.

Trois inscriptions sur le monument : les deux premières en écriture gothique, la troisième en lettres latines. Dans le médaillon ovale il est écrit : « O pêcheur, pourquoi me crucifies tu à nouveau ? » Dans le cartouche du fût : « En l’honneur de notre Sauveur crucifié Jésus-Christ, cette croix a été érigée en l’an 1804 » Sur la face arrière de la base : « Cette croix a été élevée par Jean Georges Von Der Scheer et Elisabeth Uhlrich »

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix Schaub-Gerber

Category : Patrimoine

Croix Schaub-Gerber 1

Croix Schaub-Gerber

A l’entrée d’Albé, sur le bord gauche de la route qui vient de Villé, dans l’angle formé par le chemin du Maedersbach, s’élevait jusqu’en 1973 une grande croix à crucifix qui fut victime d’une violente tempête qui la renversa. Plus tard, le carrefour fut aménagé, le chemin élargi à cet endroit et les restes du monument écroulé furent déposés sur le terrain avoisinant. Ce n’est qu’en 1993 que la croix fut reconstruite grâce à une souscription communale. Elle se situe maintenant à gauche en venant de Villé au niveau de l’intersection de la route de l’Erlenbach et de la route de l’Eglise.

Le crucifix repose sur un socle cylindrique avec des ornements de style Louis XVI. Le socle repose lui-même sur un second socle, de forme carré. Sur le socle supérieur est représenté un agneau immolé, couché sur la croix. Le sang de l’agneau coule dans un calice dans lequel se baigne une colombe. Plus bas est sculpté un pélican dans son nid nourrissant ses quatre petits. Au pied de la croix, sont posés une tête de mort et un serpent mordant la pomme. La croix est entourée d’une grille de fer. La hauteur totale du monument est de 5 mètres.

Sur le piédestal inférieur figurent en lettres gothiques plusieurs textes. Une première inscription disait «  Georges SCHAUB et Catherine GERBER d’Albé ont fait ériger cette croix en l’an 1842 » En dessous figure un verset biblique « Vous qui passez par le chemin, regardez et jugez s’il est douleur pareille à celle qui m’accable » Enfin une dernière inscription suivait « Tous ceux qui prient à genoux et pleins de contrition devant cette croix, bénéficieront d’une indulgence de 40 jours »

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix du Bas du Village, dite S’Kritz Im Unterdorf

Category : Patrimoine

Croix du Bas du Village

Croix du Bas du Village

Cette croix en fonte, située à la sortie sud du village sur le côté gauche de la route D439 en direction de Villé, date de 1866. Sa hauteur est de 3,22 mètres.

La traverse et le montant sont des cadres rectangulaires formés de fortes cornières. Leur intérieur est garni d’une suite de croisillons, plus fins, de section carrée, dont chacun est orné en son centre d’un fleuron stylisé à quatre pétales. Les extrémités des bras et du montant supérieur sont décorés d’une ornementation trilobée. Vers le sommet est fixée une plaque avec l’inscription « INRI » en lettres en creux. Le Christ a la tête inclinée vers la droite, les bras en V ouvert, les pieds cloués côte à côte. Le linge est pendant et noué d’un gros nœud. Le crucifix repose sur une base parallépipédique de grès rose, précédée de deux marches.

 

Croix du Bas du Village

Croix du Bas du Village

Cette croix est en bon état, bien entretenue. Sa solidité est renforcée par une barre de fer oblique qui prend appui sur le sol, derrière le monument. La décoration tréflée au bras gauche est cassée.

Sur la base, on trouve en lettres majuscules latines, l’inscription «  Cette croix a été érigée par Jean Baptiste ADRIAN et Odile WERNERT en 1866 » Une croix identique, datant aussi de 1866, se trouve au cimetière de Dieffenbach-au-Val.

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix Bauer-Wehrling, dite Schanzerkritz

Category : Patrimoine

Croix Bauer-Wehrling, dite Schanzerkritz

Croix Bauer-Wehrling, dite Schanzerkritz

Les extrémités du montant supérieur et de la traverse sont droites. Le titulus, en forme de bandeau ondulé pendant, cloué au sommet, porte l’inscription « INRI » Le Sauveur a la tête inclinée vers la droite, les bras en V. Le périzonium au gros nœud est flottant, les pieds sont superposés et cloués directement sur le montant de la croix. Ce dernier s’élargit légèrement en congé dans sa partie inférieure. Sur la tablette moulurée et débordante qui surmonte le fût sont sculptés le crâne et quelques ossements d’Adam. Le fût de section quadrangulaire, est orné dans sa partie haute d’un médaillon ovale taillé sur un décor baroque en relief, entouré d’une guirlande. Un cartouche rectangulaire, aux coins inférieurs échancrés en carré, souligne le contour du fût. Ce dernier domine une base de forme parallélépipédique qui présente sur sa face antérieure un cartouche dont les coins sculptés suggèrent une fixation à clous.

Les inscriptions en lettres gothiques gravées sont :

  • Dans le médaillon : « C’est ainsi que Jésus voulut mourir pour gagner le pardon »
  • Sur le fût : En l’honneur du Sauveur Jésus-Christ souffrant, Antoine BAUER et Marie-Anne WEHRLING, époux à Albé, ont fait élever cette croix en l’an 1809 »
  • Sur la base, peinte en blanc sur fond noir, on peut lire le début d’une inscription « Cette croix a été rénovée par …. ULRICH »

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Grande Croix du Cimetière « Kerichhotkritz »

Category : Patrimoine

Grande Croix du Cimetière « Kerichhotkritz » 1

Grande Croix du Cimetière « Kerichhotkritz »

Cette croix a été édifiée en 1694 sur le cimetière, côté ouest de l’église. C’est une des plus vénérables croix de la Vallée de Villé. Il n’y a que deux croix qui la dépassent en âge : le grand crucifix de l’ancien cimetière de Villé datant de 1673 et la croix sur la propriété de M. Emile Martin entre Villé et St Martin qui est datée de 1678.

 

Elle est en grès gris. Son montant supérieur est coiffé d’un fleuron ayant la forme d’un lys. Ce fleuron n’est pas d’origine car ni le grès rose ni le style ne concordent avec le reste. Sur un bandeau horizontal figure l’inscription « INRI » Les extrémités des bras sont droites. Le corps du Christ est bien proportionné mais manque de finesse dans le détail. La tête est inclinée du côté droit, les bras en V très ouverts. Le périzonium est noué par un gros nœud, les pieds sont cloués l’un sur l’autre sur le montant de la croix qui s’évase à sa base pour se raccorder au fût. Sur ce rebord reposent un crâne et un tibia. Le fût en section rectangulaire comprend deux parties.

Grande Croix du Cimetière « Kerichhotkritz » 2

Grande Croix du Cimetière « Kerichhotkritz »

La partie supérieure est raccordée à la partie inférieure, plus épaisse, par un léger élargissement en pente. La croix d’une hauteur de 3,50 mètres, est en très bon état malgré son grand âge. Il manque les doigts de la main droite du Sauveur. Cette croix a été implantée à cet endroit en 1834 lors de l’agrandissement du cimetière. Avant elle devait se trouver plus près de l’église.

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix à Oratoire ou Bildstock

Category : Patrimoine

BILDSTOCK OU CROIX A ORATOIRE

BILDSTOCK OU CROIX A ORATOIRE

Cette croix est située dans un jardin, à l’est du village, en bordure nord de la route menant vers Albéville. Elle date de 1723. La hauteur totale est de 2,70 mètres.

Nous avons là un type de croix unique dans la Vallée de Villé. Elle est taillée dans du grès rose grossier. Les extrémités du montant supérieur et de la traverse sont tréfilées, les lobes centraux étant particulièrement applatis. Le contour de la croix est souligné par un rebord en relief. Dans chaque trilobe latéral est sculptée une fleur stylisée à huit pétales. Dans l’intersection figure le trigramme du Christ « IHS » la lettre H étant surmontée d’une petite croix.

La base du montant inférieur se termine par un gros lobe unique sur lequel est taillé en bas-relief un cœur surmonté de trois clous qui ont servi à crucifier le Sauveur. La croix domine le fût quadrangulaire monolithique au sommet arrondi. L’édicule dans lequel est creusée la niche au plafond en berceau est proéminent vers l’avant. Sur l’extrados de la voussure est sculpté un bas-relief cruciforme, rappelant une croix de Malte.

BILDSTOCK OU CROIX A ORATOIRE

BILDSTOCK OU CROIX A ORATOIRE

La niche est fermée par un portillon de fer dont la partie haute est grillagée. La surface du fût sous l’édicule est

particulièrement décorée d’une grande rosace à quatre pétales entre lesquelles apparaissent quatre sépales plus fins. Ce décor floral est contenu dans un cadre carré. Le fût est fixé dans un gros socle à encastrement, rectangulaire aux rebords supérieurs latéraux largement chanfreinés.

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Croix de la Sohl

Category : Patrimoine

CROIX de la SOHL, dite SOHLKRITZ

CROIX de la SOHL, dite SOHLKRITZ

Cette croix date de la 2ème moitié du XIXè siècle. Elle est édifiée sur la crète d’une hauteur à l’ouest du village d’Albé, à proximité du croisement du chemin des ânes et de l’ancien chemin conduisant à Breitenbach. Cette croix est en fonte, et a été restaurée en 2014 par des bénévoles. Les extrémités du montant supérieur et ses bras sont droits. Au sommet, une plaque imitant une banderole aux bouts enroulés, porte l’inscription « INRI » Le Christ agonisant, au modèle harmonieux, la tête encore dressée, tournée vers la droite est également en fonte. Le Sauveur a les bras particulièrement tendus vers le haut.Le périzonium est large et a un gros nœud flottant. Les pieds sont cloués côte à côte sur un appui. Le crucifix est scellé à sa base dans un bloc en béton. Aucun signe ni aucune inscription ne permet d’avoir une indication sur la raison de l’érection de cette croix.

(source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Banc du Roi de Rome

Category : Patrimoine

Banc du Roi de Rome Albé

Banc du Roi de Rome Albé

Les bancs reposoirs du Roi de Rome, furent édifiés à la demande du préfet du Bas Rhin, le marquis de Lezay Marnesia, surnommé « le préfet laboureur », ces bancs reposoirs, destinés aux paysans, et voyageurs, étaient installés sur les chemins menant au village, et leur permettaient de se décharger de leur fardeau, pour faire une pause.
Ces bancs reposoirs symbolisaient également la naissance de François, Charles, Joseph Bonaparte, Roi de Rome et Duc de Reischtadt, en l’honneur de l’Empereur Napoléon Ier et de son épouse Marie-Louise.

le banc reposoir du Roi de Rome d’Albé porte l’inscription taillée dans le grès  » A l’honneur de S.M. du Roy de Rom. » Il a été vraisemblablement mis en place en juin 1811 en honneur de la célébration du baptême du prince impérial et se situe rue du Kappelfeld.

Il est l’unique exemplaire dans la vallée de Villé, il existe d’autres bancs reposoirs au bord des vieux chemin de la Vallée de Villé  appelés « Bancs de l’Impératrice » qui ne furent construits qu’en 1854 (source : annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, 1980)


  • 0

Tilleul

Category : Patrimoine

PENTAX DIGITAL CAMERA

Arbre de la Liberté – Albé

Planté en 1795 en tant qu’Arbre de la Liberté, il se dresse fièrement sur la Place du Tilleul. Témoin de toute les fêtes et du temps qui passe, il a subi quelques tempêtes et agressions. Ses heures de gloire, il les a connus lors du tournage du film « Les Tilleuls de Lautenbach » en 1983 puis du court métrage  » Face à la nuit » en 2010 et depuis 2006, il est le point de départ du « Chemin du Patrimoine ».

 


  • 0

Chemin du patrimoine

Category : Patrimoine

Albé, seul village viticole de la Vallée de Villée fait partie des circuits « Chemins du Patrimoine ».

Ce parcours de 5 km est estimé à 2h30,  il y a lieu de suivre le panneau suivant   273831symbole1.jpg

Partez à la découverte de l’histoire du vignoble de montagne. Le vendangeur vous témoigne du passé viticole des lieux et vous emmène dans une balade traversant vignes, forêts sur le haut du village. De magnifiques points de vue vous attendent. Bonne découverte !

Chemin du patrimoine d'Albé.jpg

Chemin du patrimoine d’Albé

 


  • 0

Eglise Saint-Wendelin

Category : Patrimoine

Église Saint-Wendelin à Albé. (Source: Wikipédia)

Église Saint-Wendelin à Albé. (Source: Wikipédia)

Le village d’Albé dépendait autrefois de la cure de Villé. Aux environs de 1300, Albé avait une forte population. Les gens malades, les vieillards et les enfants n’étaient pas toujours en mesure d’assister aux offices du dimanche, surtout en période de mauvais temps. Pour remédier à cette situation pour le moins embarrassante, l’abbé Ditter de Hugshoffen (Honcourt) décida d’un commun accord avec l’évêque de Strasbourg, de consacrer une partie de la dîme due par le village au couvent de Hugshoffen à la construction d’une chapelle et à l’installation d’un vicaire à Albé. Dès 1341, Albé et la chapelle dépendirent de l’église-mère de Villé et depuis ce temps le patron de l’église est saint Wendelin. En 1575, la chapelle est détruite par un violent incendie, puis reconstruite au même endroit en 1578. Au XVIIIe siècle, vu le grand nombre de fidèles qui assistent à la messe dominicale, la chapelle fut remplacée par une modeste église moyennant une petite contribution au vicariat de Villé pour qu’il accepte de dire la messe.

« Read More »


  • 0

Bâtiments et Linteaux

Category : Patrimoine

 

Un village, une histoire …..

(Extrait de l’annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé)

Le village d’Albé, en allemand Erlenbach, tire son nom du ruisseau qui le traverse sur toute sa longueur. l’Erlenbach, le ruisseau aux aulnes, draîne les eaux de l’étroit vallon qu’il creuse dans les flancs de l’Ungersberg, et, après avoir reçu, au coeur du village, celles du Sonnenbach, son principal affluent, il va se déverser dans le Giessen, en aval de Villé.

Par corruption phonétique, Erlenbach est devenu Albé dans le patois vosgien ; La syllabe Erl a donné Al et Bach est devenu Bé dans le dialecte welsche. C’est ce nom de consonance française qu’adopta le village en janvier 1919 pour marquer le retour de l’Alsace à la France.

Comme son nom germanique le laisse supposer, Albé a probablement été fondé vers l’an mil. Le village apparaît pour la première fois dans l’histoire en 1303 sous le nom « d’Erlebach ». Il faisait partie de la seigneurie et de la paroisse de Villé. Vers 1340, la commune était suffisamment prospère pour que l’Evêque de Strasbourg permit l’édification d’une chapelle. Durant la guerre des paysans, les habitants d’Albé participèrent au saccage de l’Abbaye du Honcourt (Saint-Martin) en 1525 et furent condamnés à payer une amende pour dédommager le couvent (600 florins pour les réparations urgentes et une indemnité annuelle). En 1575, le village fut partiellement détruit par un incendie ; 42 maisons, la chapelle, la mairie ainsi que les archives municipales. On profita de cette situation pour rédiger dès la même année un nouveau règlement communal où furent consignés les droits, coutumes et propriétés foncières de la communauté (il s’agit du Terrier déposé aux archives départementales).

Le blason d’Albé :

« Read More »


  • 0

Maison du Val de Villé

Category : Patrimoine

Maison du Val de Villé

Maison du Val de Villé

Installée au centre du village d’Albé, à l’ombre d’un tilleul planté en 1795, la Maison du Val de Villé a pour vocation de faire découvrir aux visiteurs l’histoire et le patrimoine du Val de Villé.

Il s’agit d’une ferme d’inspiration vosgienne (1709) et sa maison du journalier.

La maison qui abritait le musée, jadis habitée par des notables, comprenait deux niveaux d’habitation, une cave à vin et de vastes combles partiellement dallés de briques contenant un fumoir à viande.

La Maison du Val de Villé possède également de vastes dépendances agricoles, une étable, un fournil et une grange édifiée par une famille noble. Dans la cour on aperçoit une maisonnette datée de 1616 avec une galerie de pignons de bois. Au XXe siècle, la maison de pays forme avec le musée la Maison du Val de Villé

(source: Wikipédia)